Maison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterie

Publié le par Pilisi

Maison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterie

Maison de Joséphine de Beauharnais.

Marie-Josèphe-Rose est née aux Trois-Îlets près de Fort-Royal (plus tard Fort-de-France) à la Martinique. Elle est baptisée le 27 juillet 1763 en l'église Notre-Dame-de-la-Bonne-Délivrance des Trois-Îlets. Suivant une tradition bien établie en France, elle reçoit le prénom de Marie de sa marraine Marie Françoise Boureau de la Chevalerie, sa grand mère paternelle, et le prénom Josèphe de son parrain Joseph des Vergers de Sannois son grand père maternel. Son troisième prénom, Rose, qui sera son prénom usuel jusqu'à son union avec Napoléon Bonaparte, est également un des prénoms de sa mère. Elle trichera toute sa vie sur la date de sa naissance pour se rajeunir. Les Almanachs impériaux indiqueront tous les ans la date du 24 juin 1768. Sa fille, la reine Hortense continuera à maintenir cette fiction.

Maison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterieMaison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterie
Maison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterie
Maison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterieMaison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterie

L'exploitation des Tascher, couvrant près de 500 hectares, produit cacaocafémanioc et coton et compte aussi du bétail (vaches et moutons). Elle ne fait pourtant pas partie des plus grandes exploitations de Martinique et elle périclite à l'époque de la naissance de Joséphine. Son père gère mal les terres et doit subvenir aux besoins de sa femme, de ses beaux-parents et de ses trois filles, dont Joséphine était l'aînée. La propriété familiale fut détruite lors d'un ouragan en 1766 et elle ne fut jamais reconstruite. Les Tascher s'installèrent à l'étage d'une dépendance restée intacte, ce qui nuit à leur réputation sur l'île

Maison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterieMaison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterie
Maison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterie
Maison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterieMaison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterie

Nostalgique de la France, le père de Joséphine s'absentait souvent et rejoignait Fort-Royal où il menait une vie de plaisirs. Ses filles eurent une enfance très libre, sans discipline ni préoccupations intellectuelles. Joséphine, alors surnommée « Yéyette », passait ses journées avec sa nourrice, une mulâtre, et jouait souvent avec des enfants esclaves. À cause du manque d'argent, son père ne l'envoya pas dans une école en métropole à ses six ans, comme il était de coutume dans les familles riches de Martinique. À ses dix ans, elle entra toutefois dans un pensionnat religieux de Fort-Royal, dont elle sortit à quatorze ans.

De son enfance martiniquaise, Joséphine garda un caractère et des habitudes correspondant à l'image que se faisaient les Français des Créoles : paresseux, sensuels et capricieux. Elle joua beaucoup de cette image. Son habitude de manger du sirop de canne à sucre détériora précocement ses dents, ce qui la poussa à adopter un demi-sourire fermé qui lui donnait un air énigmatique.

Maison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterie

LE VILLAGE DE LA POTERIE :

La Poterie des Trois-Ilets existe depuis 1783, ce qui fait d’elle l’une des plus anciennes entreprises de la Martinique.

Situé sur les terres d’un ancien couvent de Jésuites établi à la fin du 17ème siècle, le Village de la Poterie consacre, depuis le milieu du 18ème siècle son activité au travail de la terre.

Maison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterie
Maison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterie

Au fil des années, la Poterie des Trois-Ilets a développé les métiers de la terre cuite en conjuguant industrie (fabrication de briques, tuiles, carreaux…) et artisanat (poterie de terres cuites).
Aujourd'hui le Village de la Poterie abrite de nombreux ouvrages anciens et des maisonnettes créoles authentiques occupées par des artisans, potiers et commerçants, ainsi que l'une des plus anciennes briqueterie en activité de France.

Maison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterie
Maison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterieMaison de Joséphine de Beauharnais et village de la poterie

Publié dans Voyages, vacances.

Commenter cet article