Le Prieuré de Cayac

Publié le par Pilisi

Le domaine de Cayac est depuis le XIIIe siècle un lieu de passage sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Aujourd'hui restauré en partie il est conservé dans un assez mauvais état...

 

DSC00667

Au plus fort des pélerinages, au XIIe et au XIIIe siècle, le domaine de Cayac était un hôpital qui était voué aux soins de pélerins. Les frères hospitaliers en assuraient le fonctionnement. En 1304, l'hôpital devient un prieuré en raison de la baisse de fréquentation de la route de Saint-Jacques.

DSC00666

En 1618 l'archevêque de Bordeaux, François de Sourdis, Prieur de Cayac en fait don aux Pères Chartreux. Le prieuré verra son activité progressivement décliner jusqu'à la Révolution Française. En 1791, le prieuré perd toute vocation religieuse. Il est vendu est tombe dans le domaine privé. C'est la période la plus sombre de l'édifice. Sa dégradation s'accélère.

DSC00668

En 1937 le famille Calvet, propriétaire de l'église fait une demande classement à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. La commune de Gradignan se porte acquereur de l'Eglise en 1979 (gratuitement) puis du prieuré (1988).

Entre temps, la nationale 10 qui passait entre l'Eglise et le prieuré sera déviée (1981) redonnant à ce lieu une unité.

DSC00665

Depuis sous l'impulsion de passionnés, Cayac a retrouvé sa tradition hospitalière. Une structure d'accueil permet de recevoir les pelerins sur ce qui est désormais le "Premier itinéraire de la Culture Européenne" (Conseil de l'Europe). Les lieux désormais restaurés accueillent des salles dédiées à la culture.

DSC00678.JPG

Le vaste site de Cayac ne cons

erve malheureusement que des vestiges en très mauvais état de l'Eglise et du Prieuré.

L'église et les trois portails sur le chemin de Compostelle sont les vestiges les plus anciens de Cayac. Aujourd'hui l'église concerve les traces de sa transformation en verrerie après la révolution.

DSC00669

Aujourd'hui un pèlerin veille cet édifice...

DSC00664

DSC00663

 


Publié dans Visite touristique

Commenter cet article